Le bonhomme sept-heures

Bonhomme septheure

La légende du Bonhomme Sept Heures veut que ce personnage, à moitié humain et à moitié maléfique, enlève les enfants qui, s'amusant à l'extérieur, auraient trop tardé à retourner chez eux avant qu'il ne soit 7 heures du soir. Ces enfants ne seraient jamais retrouvés.

Ce personnage maléfique qui hante les routes de campagne, les grottes profondes et les villages reculés est la version québécoise du croquemitaine ou du père Fouettard de certains pays d’Europe. Aux Etats-Unis, il porte le nom de Boogeyman et on entend parler de lui partout où il y a des enfants.

Entouré de mystère, le bonhomme Sept-Heures, que l’on représente parfois coiffé d’un chapeau noir et souvent sous les traits d’un affreux mendiant, porte en lui l’angoisse de la mort ainsi que la peur de la nuit. On dit que, le soir de la Toussaint, le bonhomme Sept-Heures, accompagné d’esprits de morts condamnés au purgatoire, entrait dans les maisons pour y observer les vivants. Tous invisibles, le voleur d’enfants et ses sbires profitaient de ces visites pour choisir leurs victimes, jetant de préférence leur dévolu sur les familles qui ne respectaient pas la solennité de la fête des morts.

Créatures fantastiques du Québec .2, Bryan Perro

Commentaires (1)

Réjean Boisjoli
  • 1. Réjean Boisjoli | 09/09/2018
Le mot " bonhomme sept heure" viendrait de " bones-setters". Les espèces de " ramancheux qui passaient dans les maisons pour réparer " les petits et gros bobos". Ça faisait souvent très mal . Ça expliquait les cris que l'on pouvait entendre lors que le " bones setter" passait..De là à appeler le " bonne setter" ( bonhomme septheures" si les enfants n'étaient pas sages..il n'y a qu'un pas.Est-ce que cette légende est véridique ???

Ajouter un commentaire