Des contes & légendes qui nous renseignent sur le mode de vie des populations et sur l'histoire du Québec

De région en région, les populations s'adaptent à leur environnement. Ainsi on peut trouver dans le monde différentes façons de parler, de cuisiner, différents métiers et différentes croyances. 

En ce qui concerne le Québec, les contes et légendes de ce coin de pays peuvent nous apporter des détails intéressants sur le mode de vie de ses habitants, et surtout sur leur histoire et leur façon de penser. 

On en apprendra par exemple beaucoup sur les populations autochtones présentes bien avant l'arrivée des colons, comme c'est le cas dans Les squelettes du lac des Tombeaux. Dans cette légende on commence à comprendre quelle influence a pu avoir l'arrivée des européens en Amérique, et on peut penser qu'elle fait transparaître le ressenti encore vif des ancêtres des Premières Nations face à leurs envahisseurs. Les tensions entre colons et autochtones sont également retranscrites dans la légende du Sauvage mouillé, ou dans celle du Bateau fantôme de Gaspé

Certaines légendes se déroulent sur un fond historique : c'est le cas de la légende du Rocher Percé, qui nous donne quelques indices de fond sur la vie des premiers colons et sur la conquête de l'Amérique. La légende du Pont de Québec, dit Pont du Diable, est particulièrement intéressante car elle utilise des faits historiques avérés, la difficile construction du pont de Québec et les multiples accidents qu'elle a engendré, afin d'asseoir un peu plus l'autorité de l'Eglise. La légende de La Corriveau est l'exemple type d'un événement historique sordide - une femme qui assassine ses époux les uns après les autres - devenu légende par sa violence et les mystères qui l'entourent. 

La plupart des contes et légendes nous renseignent cependant sur la vie même des premiers québécois, sur leur folklore, leurs croyances et leurs métiers. La légende de La Griffe du Diable nous en dit long sur l'ambiance qui régnait dans les petits villages, notamment sur les mésententes entre les habitants. La légende du Trésor du buttereau donne, elle, une image plus positive des habitants de ces petits villages, plus solidaires entre eux. La légende du Forgeron guérisseur de Deschaillons nous apprend que les québécois des temps passés savaient trouver des moyens alternatifs pour se soigner, en allant puiser dans la nature.

La légende de Rose Latulipe nous renseigne sur la façon dont les gens des siècles derniers pouvaient s'amuser dans les petits villages, quels moyens ils trouvaient pour "tuer le temps" durant les longs hivers. C'est aussi le cas de la légende de La chasse-galerie, où l'on apprend qu'un prétendant était prêt à beaucoup pour pouvoir danser avec sa "blonde", y compris à vendre son âme au Diable... La légende de la Tour de Trafalgar nous explique comment les jeunes d'antan se faisaient la cour, la façon dont les mariages s'arrangeaient, et nous renseigne sur la fidélité dont les futurs époux pouvaient faire preuve. C'est également le cas de la légende de la Dame Blanche

La Chasse-Galerie nous transmet également des informations sur le difficile travail des ouvriers et des bûcherons dans des conditions hivernales extrêmes, comme c'est le cas dans la légende des Arbres qui saignent. La légende du Fantôme de l'érablière nous apprend de quelle manière et à quel endroit étaient préparées les spécialités culinaires du Québec. La légende du Fantôme de l'avare nous explique comment on se déplaçait au Québec dans le temps, et elle nous fait part de la dangerosité du climat, et des pièges que peut tendre l'hiver canadien.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×