Des contes & légendes pour appuyer l'autorité de l'Église

Historiquement parlant, la religion a une place très importante au Québec. L'Eglise catholique a joué un rôle majeur dans la construction du Québec et l'influence de la religion se reflétait dans tous les domaines aux débuts de la société québécoise. 

Les contes et légendes témoignent de cette autorité religieuse : ils sont souvent un prétexte pour transmettre une morale ou un avertissement d'ordre spirituel. C'est le cas de la légende de Rose Latulipe, par exemple : ici, on nous avertit que si l'on ne respecte pas le calendrier religieux et que l'on s'amuse un jour de Carême, c'est le Diable que l'on attire et qui nous punira. C'est le même principe dans la légende du Loup garou : alors qu'un homme s'obstine à travailler le jour de Noël, il se voit transformer en une monstrueuse créature. 

Certains contes et légendes sont aussi là pour rappeler au pélerin qu'il doit suivre les principes dictés par la Bible : dans la légende du Fantôme de l'avare, un homme peu charitable et trop pingre est puni de ses péchés et ne peut reposer en paix qu'au bout de 50 ans, lorsqu'il a enfin la possibilité de réparer ses erreurs. 

La légende des Jacks mistigris est un avertissement pour celui qui ne pratique pas correctement les préceptes de la religion. Quand à la légende du Sauvage mouillé, elle met en garde quiconque s'en prendrait à un homme d'Eglise...

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×